diaporama de la performance   diaporama des oeuvres  
                   
                       
                                 
               
         
               
                           

Qu'il est agréable, intéressant et utile de voir un groupe peindre au même moment en un même lieu! Plus ou moins habitué à la peinture ou nouvellement réconcilié avec cette pratique abandonnée traditionnellement après l'enfance, chacun y va de la même pulsion.
Il apparaît nettement que la peinture appartient à l'être humain comme le vol appartient à l'oiseau.
L'acte de peindre n'est pas une faculté accordée à un nombre restreint d'êtres humains. L"artiste" ne tient son statut spécial que de l'étouffement généralisé de la pulsion picturale.

Le XXème siècle a vu se consacrer et se développer l'idée qu'il suffit que l'artiste désigne un objet pour qu'aussitôt celui-ci se transmute en oeuvre d'art. On pense à Duchamp, mais déjà Victor Hugo signait des galets trouvés sur la plage.
Cette brèche bienfaisante a permis bien des libertés et bien des supercheries.

Le temps est venu à toutes et tous de s'autoproclamer artistes.

J'imagine aisément que le XXIème siècle verra l'abolition du statut aristocratique du peintre et que tout un chacun pourra peindre en toute liberté selon son bon plaisir.
Sera-ce là un simple échantillon d'une vie globalement plus démocratique?

Pour parer tout de suite à certaine objection et pour rassurer ceux que trop d'égalité inquiète, on peut dire qu'il y aura sans doute toujours des peintres dont la portée sera plus importante que d'autres. Mais cela nous importe peu.

Vive l'art, la liberté et la démocratie!

               
 


Poésie:

50 ans

mon esquif est toujours à flot miraculeusement
lors que le plus grand nombre de mes frères humains
n’atteignent jamais cette latitude
emportés par le froid, la faim, la misère.

Je passe sidéré le détroit
Qui ouvre la géographie grise et inconnue de la vieillesse.
Aire de toutes les pertes, voie du naufrage inéluctable.

Triste reflet dans un miroir
De mon corps qui s’use et se défait.
Jeune femme qui passe et que j’aime
Qui ne me voit pas, formidablement.

Et quoi ! Doit-on pleurer du privilège inouï
De n’être déjà petit tas de poussière ?
Goûtons, amis, les nectars subtils de nos vendanges tardives,
Parcourons hardis cette ultime aventure.

Baignons ce présent infini qui résume nos vies
Des soleils tenaces de notre enfance.
Créons dans nos vieux pots les mille confitures
Qui réjouiront les cœurs des enfants effrayés.

Avant de m’endormir et de retourner
À cet état que j’ai déjà si longuement et plaisamment
Expérimenté, l’état d’avant mon existence,
Je te donnerai à toi, ô autre,
Les fleurs cueillies sur ma pente.

Vive la joie et la fraternité.